Déficience cognitive : comprendre ce que c’est et comment l’identifier

L’important est de bien connaître le concept dès le départ et de comprendre ses implications.

Après tout, cela permet de trouver plus facilement les options disponibles pour évoluer et agir rapidement

Il est également essentiel que la famille et les amis soient en mesure de comprendre le tableau et d’éviter les étiquettes et les préjugés.

Vous voulez en savoir plus ? Alors venez avec nous à travers l’article et dissipez tous vos doutes.

Qu’est-ce que le déficit cognitif ?

Pour répondre à cette question, revenons un peu sur les concepts et définissons ce qu’est la cognition.

Ce terme désigne la façon dont notre cerveau est capable de percevoir, d’apprendre, de se souvenir et aussi de traiter les informations captées par les sens : la vue, l’ouïe, le goût, le toucher et l’odorat.

Ainsi, le déficit cognitif est configuré comme une difficulté dans ce processus, en particulier dans l’apprentissage.

Ce qui se produit est une limitation de la capacité mentale à assimiler l’information.

Il est important de se rappeler qu’il n’existe pas un modèle unique de déficit cognitif, mais que sa présence crée des obstacles dans des processus tels que le raisonnement logique, la concentration, la communication et l’apprentissage.

Comment identifier un déficit cognitif ?

Actuellement, l’identification du déficit cognitif se fait par l’application de tests dits neuropsychologiques.

L’objectif est de comprendre le niveau de limitation concerné et la façon dont il se manifeste.

C’est comme un grand scanner cérébral utilisé pour comprendre tous vos processus et aussi pour localiser d’éventuelles blessures.

Passons à la manière dont cela fonctionne dans les prochains sujets.

Recherche neuropsychologique :

Pour identifier un éventuel déficit, de nombreux tests sont effectués, tous axés sur la compréhension et l’évaluation des compétences cognitives.

La recherche s’appuie également sur les données recueillies lors de l’anamnèse (comme on appelle l’entretien initial par un professionnel de la santé) et sur des questionnaires.

Le développement d’une évaluation neuropsychologique, considérant tous ses outils et niveaux, a comme objectif principal la collecte de données pour aider à comprendre quelle est l’étendue des pertes et aussi quels points restent intacts.

C’est cette évaluation qui nous permet d’établir un plan d’intervention spécifique, en fonction des caractéristiques de la personne et des informations obtenues.

Après tout, chaque cas est un cas et nécessite donc des mesures personnalisées.

Quelles sont les fonctions mentales évaluées pour identifier les troubles cognitifs ?

Parmi les fonctions évaluées pour identifier un déficit cognitif, on peut en citer quelques.

Quels sont les symptômes de la déficience cognitive ?

Des maladies comme celles d’Alzheimer et de Parkinson sont parmi les plus connues lorsqu’il s’agit de déficience cognitive.

En commun, les deux ont l’incidence la plus fréquente chez les personnes âgées.

De ce fait, il est courant d’associer l’apparition de difficultés cognitives au vieillissement.

Mais la vérité est que les symptômes peuvent apparaître beaucoup plus tôt, même dans l’enfance, et sont liés aux images les plus variées.

Il est donc recommandé d’être conscient des symptômes et de demander l’aide d’un expert si certains d’entre eux sont identifiés avec une intensité plus élevée que d’habitude.

Les difficultés liées à tous les domaines que nous avons cités plus haut, comme la communication ou le raisonnement logique, par exemple, peuvent servir d’indicateurs.

Et les causes ?

Les causes d’un déficit cognitif sont aussi variées que possible.

La déficience cognitive dite légère, également appelée déclin cognitif, par exemple, est un déficit qui peut entraîner une perte de mémoire.

Elle peut avoir pour origine l’anxiété, la dépression, les troubles du sommeil et même des syndromes d’origine métabolique ou endocrinienne.

Bien que la plupart des personnes ayant cet engagement ne développent pas de maladies telles que la maladie d’Alzheimer, la plupart de celles qui atteignent ce stade présentent un déclin cognitif.

En outre, l’origine peut également être une lésion cérébrale causée par un traumatisme, une exposition à des produits chimiques ou toxiques, un trouble de déficit de l’attention/hyperactivité (TDAH), une infirmité motrice cérébrale et même un accident vasculaire cérébral.

Existe-t-il un traitement pour les déficits cognitifs ?

Il n’y a pas de remède, mais le déficit cognitif peut être traité de différentes manières, toujours en fonction de l’origine du problème.

En général, tous les traitements sont élaborés de manière multidisciplinaire.

C’est-à-dire qu’elle implique des professionnels de différents domaines de la santé – des médecins et des orthophonistes aux psychopédagogues.

L’objectif est de travailler sur les limites identifiées à partir des stimuli qui aident à développer les compétences cognitives.

L’objectif est de permettre à l’individu d’améliorer sa confiance en soi et sa qualité de vie.

Rôle de la famille et de l’école :

La confiance est le mot clé de tout ce processus.

En raison des limites qu’elle présente et même des étiquettes reçues d’autres personnes, il est fréquent que la personne présentant un certain déficit cognitif finisse par se sentir démotivée, par avoir une faible estime d’elle-même et par éprouver un sentiment d’échec.

Par conséquent, la famille, les amis et même l’école, si l’on parle des enfants, jouent un rôle fondamental.

Tout le monde doit travailler ensemble pour comprendre la situation et agir de manière proactive, en offrant le soutien nécessaire.

Après tout, il n’est peut-être pas facile de voir une personne adulte qui avait auparavant une totale indépendance subir un accident vasculaire cérébral et voir ses possibilités limitées par certaines séquelles cognitives laissées derrière elle.

Cependant, il est important de ne pas jeter l’éponge et de suivre le traitement à la lettre.

Dans le cas des enfants atteints de TDAH, par exemple, l’un des grands défis consiste à empêcher que les brimades des pairs ou même l’incompréhension de la société ne deviennent des facteurs limitant l’apprentissage.

Les troubles cognitifs chez les enfants

Tout au long du texte, nous avons apporté quelques informations sur les déficits cognitifs à différentes étapes de la vie.

Mais il est important de préciser sa manifestation et ses possibilités à chacun de ces moments.

Orientation professionnelle pour les enfants souffrant de troubles cognitifs

Dans le cas des enfants, un suivi précoce est la meilleure approche.

En d’autres termes, il faut travailler sur la prévention.

C’est même un avertissement qui a été répété par l’Organisation mondiale de la santé (OMS) depuis un certain temps.

L’orientation est de garder un œil sur les possibilités de perturbations ou de retards dans le développement de l’enfant.

Lorsqu’ils sont ignorés pendant l’enfance, il est possible que ces signes s’intensifient et donnent lieu à des affections plus graves, telles que des troubles mentaux et des problèmes dans le processus d’apprentissage.

En ce sens, la construction d’un environnement familial ouvert au dialogue et à l’épanouissement individuel est un bon moyen de réduire le champ d’inquiétude en amont.

En outre, l’identification précoce des traits susceptibles d’indiquer un déficit cognitif ouvre la voie à des interventions ciblées, capables de fournir la construction d’aptitudes et de compétences qui pourraient ne pas se développer sans l’approche appropriée.

Les troubles cognitifs chez les personnes âgées

Vous vous souvenez du déclin cognitif dont nous avons parlé plus tôt ? Assez courante chez les personnes âgées, elle n’est pas considérée comme une démence, contrairement à la maladie d’Alzheimer, par exemple.

La différenciation est essentielle pour éviter les inquiétudes et même pour brouiller les pistes.

Là encore, la prévention est la meilleure stratégie, et des études récemment publiées renforcent cette compréhension.

Des symptômes tels que le manque d’attention, la perte de mémoire et même certaines difficultés de raisonnement logique sont caractéristiques du déclin cognitif.

Sachez qu’ils peuvent apparaître plus tôt que vous ne le pensez, à l’âge dit moyen, ou vers 50 ans.

La bonne nouvelle vient des chercheurs de l’American College of Neuropsychopharmacology aux États-Unis.

Ils ont réalisé que ces traits peuvent être guéris s’ils sont traités dès le début.

Plus que cela : il est possible de retarder l’apparition des maladies neurodégénératives, des cas d’Alzheimer et de Parkinson.

Ainsi, les résultats montrent que le fait de changer de comportement et d’éviter les facteurs de risque alors qu’on est encore à l’âge moyen, lorsque les signes présentés sont à un stade précoce, peut apporter des avantages à long terme et diminuer les chances de développer un tableau de démence.

Parmi les facteurs considérés comme risqués figurent le manque d’exercice physique, l’hypertension artérielle et même une mauvaise alimentation.

Si vous vous êtes identifié à l’un d’eux, il vaut la peine de le suivre dans la lecture et de renoncer définitivement à toute habitude néfaste.

Quelques conseils pour gérer les problèmes cognitifs

En plus du traitement avec le soutien d’experts de différents professionnels, il existe des attitudes positives qui peuvent être insérées dans la routine.

Ils sont importants pour surmonter le défi et minimiser les effets de tout problème cognitif.

En voici quelques-unes.

1. Utilisez un calendrier ou un agenda quotidien afin de ne pas oublier les activités et les dates importantes

Pourquoi ne pas revenir à la bonne vieille habitude des journaux intimes ?

Si elles peuvent sembler dépassées à beaucoup, elles sont aussi très utiles pour aider à organiser la routine et éviter que vous ne manquiez un engagement par simple oubli.

De plus, elles permettent de mieux gérer le temps et de laisser des retards derrière elles.

Mais si vous n’êtes pas vraiment un fan de papier, ce n’est pas grave.

Ce qui ne manque pas, ce sont des applications qui permettent de rendre la vie quotidienne plus efficace et mieux organisée.

Google Agenda lui-même est un moyen de noter tous vos rendez-vous et de tout centraliser en un seul endroit.

Des options comme Google Keep vous permettent d’écrire des rappels, que ce soit sous forme de liste, d’audio ou même de photo.

Vous pouvez même ajouter des alertes pour des heures précises – ce qui peut même se transformer en un moyen de prendre tous les médicaments à temps.

2. Demandez aux gens de répéter les informations et de noter les nouvelles informations

N’ayez pas peur de demander aux gens de répéter l’information aussi souvent que nécessaire.

C’est une façon d’être toujours à jour et de ne pas laisser un malentendu se transformer en oubli.

Lorsque vous faites cette confirmation, n’oubliez pas de noter toutes les informations transmises et de supprimer ou rayer les anciennes.

C’est une mesure simple, mais elle permet d’éviter toute confusion.

3. Utiliser des rappels et dresser des listes

Vous allez au supermarché ou vous devez vous rendre à différents endroits pendant la journée ? N’y pensez pas à deux fois avant de créer des listes et des rappels.

C’est un grand artifice pour éviter l’oubli et cela aide encore à tracer des itinéraires mentaux.

Il en va de même pour le travail. Avant de commencer à travailler correctement, pourquoi ne pas dresser une liste de toutes les tâches de la journée ?

Ensuite, mettez à jour le statut de chacun d’entre eux au fur et à mesure de l’évolution de la situation.

Juste avant de partir, évaluez le chemin parcouru.

Votre organisation s’améliorera grandement grâce à ce simple exercice.

4. Exercez votre cerveau par des activités mentales

Vous avez peut-être entendu dire que les activités ludiques, telles que les mots croisés, les sudokus et autres, aident à exercer le cerveau, n’est-ce pas ? Et c’est un bon conseil.

Tout d’abord, tout encouragement est le bienvenu.

Deuxièmement, le maintien du fonctionnement du cerveau est un moyen de lui permettre de se développer constamment.

Pourtant, une étude menée par le Global Brain Health Council (GCBH), en partenariat avec Age UK au Royaume-Uni, montre que nous devons aller plus loin.

Selon les chercheurs, le fait de jouer constamment à des jeux de logique similaires tend à amener les gens à s’améliorer, comme cela se produirait dans n’importe quelle autre sphère de la vie. De cette façon, les défis deviennent plus faciles à relever au fil du temps.

Que faire alors ?

La recherche apporte quelques alternatives qui peuvent aider à prévenir le déclin cognitif.

La principale est de se consacrer à de nouvelles activités, non développées auparavant.

C’est-à-dire apprendre de nouvelles choses qui aident l’esprit à faire de l’exercice, qui créent différents défis pour le cerveau.

L’important ici est de mettre de côté ce concept qu’il est trop tard pour apprendre.

Même si les chercheurs soulignent que même des actions très simples peuvent déjà aider, par exemple organiser le jardin, jouer aux cartes ou prendre le temps de jouer avec ses petits-enfants.

La socialisation est également un autre aspect fondamental, puisqu’elle stimule un but de vie tout en aidant le cerveau à rester toujours actif.

5. Faire de l’activité physique

C’est l’un de ces conseils polyvalents, qui s’applique à différentes situations et contextes – et ce n’est pas un hasard.

En plus d’être un moyen de dépenser de l’énergie et d’améliorer le fonctionnement de l’organisme dans son ensemble, l’exercice physique peut aider la mémoire.

C’est ce que montre une étude brésilienne, développée dans le cadre d’un partenariat entre l’Université fédérale de Rio de Janeiro (UFRJ), Fiocruz et l’Instituto D’Or.

Publiée dans le magazine Nature Medicine, la recherche révèle que les activités physiques sont capables d’augmenter les niveaux de l’hormone appelée irisine, qui est libérée par les muscles lorsqu’ils sont en mouvement constant.

L’hormone agit dans la protection du cerveau et dans le processus de restauration de la mémoire.

Il est également capable d’empêcher les toxines responsables des changements neurodégénératifs de se fixer aux neurones.

La conclusion est que tous ces avantages peuvent contribuer à réduire les risques de développer une démence.

6. Gardez un œil sur votre assiette

Le soin de la nourriture est un autre aspect qui peut jouer en votre faveur – et cela s’applique à la fois à la prévention et à la réduction des effets d’un déficit cognitif.

À cet égard, il est important d’investir dans une alimentation équilibrée.

Lorsqu’il s’agit de choisir les aliments et les plats qui composeront les repas, il vaut la peine de parier sur les ingrédients qui contiennent le fameux oméga 3, un puissant allié pour la santé mentale.

C’est le cas, par exemple, du quinoa, qui est également riche en fer, en protéines, en calcium et en vitamines B.

Les graines de lin et le saumon sont d’autres excellentes options.

Les fraises, en revanche, contiennent ce qu’on appelle la physétine, qui aide directement à la mémoire, ainsi que les tomates.

En commençant par les aliments de couleur violette, il ne faut pas oublier le raisin et la myrtille, riches en flavonoïdes.

Conclusion

Alors, que pensez-vous de notre article sur les troubles cognitifs ?

La vérité est que, malgré les préjugés et les étiquettes qui apparaissent souvent – de manière erronée, il est important de le dire – des images comme celles décrites tout au long du texte sont traitées et non seulement peuvent, mais doivent être traitées de manière multidisciplinaire.

Après tout, grâce au travail collectif de chacun et à son expertise, il est plus facile non seulement d’identifier les difficultés présentées, mais aussi de proposer des alternatives pour rendre le traitement plus efficace et plus utile.

N’oubliez pas que l’important est toujours de préserver la qualité de vie et que le soutien des personnes qui vous sont proches est fondamental pour cela.

Plus le sujet reçoit d’attention dès son plus jeune âge, plus les chances d’un traitement efficace sont grandes.

N’hésitez donc pas à vous faire aider.

Le coaching n’est pas une thérapie, mais il a une base scientifique pour contribuer de manière très spécifique, mais il peut être fondamental.

On parle du développement des compétences comportementales de manière ciblée. C’est-à-dire dès l’identification précoce des signes de déficit cognitif.

Vous pouvez être la meilleure version de vous-même. C’est l’essence même du processus de coaching.

Et vous, avez-vous une expérience en la matière ?

Profitez de l’espace de commentaires pour partager avec nous !

N’oubliez pas non plus de publier ce contenu sur vos réseaux sociaux – ce n’est peut-être pas l’occasion d’offrir des informations à quelqu’un qui en a besoin.