Ménopause : un changement hormonal qui s’accompagne souvent d’une bouffée de chaleur

L’un des troubles de la ménopause les plus connus, et en même temps détesté, sont les bouffées de chaleur, qui touchent environ 70 femmes. Elles se produisent généralement vers 46 et 48 ans, au moment des premiers changements significatifs du cycle menstruel. Ces vagues accompagnent les femmes pendant environ 3 à 4 ans. Parfois, mais plus rarement les bouffées de chaleur commencent à apparaître tôt, vers l’âge de 30 ans, se manifestant de manière plus invasive et plus gênante ; dans ces cas, le risque est qu’il s’agisse d’une ménopause prématurée.

Comment les bouffées de chaleur se manifestent-elles ?

Appelées aussi chaudes, elles sont des manifestations de chaleur qui se propagent dans tout le corps. Elles représentent l’un des symptômes les plus clairs des changements hormonaux importants dans le corps d’une femme : elles indiquent en effet qu’elle met fin à l’activité d’ovulation et, plus généralement avec elle, à la période de fertilité. Une sensation de chaleur est facilement reconnaissable : c’est une sensation de chaleur intense, accompagnée d’une augmentation significative du rythme cardiaque ; celle-ci sera suivie d’une augmentation significative de la transpiration par rapport à la normale. Habituellement, les bouffées de chaleur de la ménopause se manifestent soudainement dans la partie supérieure du corps, créant ainsi des rougeurs visibles et une chaleur facilement ressentie dans les zones du visage et du cou. Cela peut également entraîner des effets secondaires désagréables, tels qu’une sensation généralisée de démangeaison, des palpitations, des frissons, une accélération du rythme cardiaque. Il s’agit toutefois d’une manifestation momentanée, qui ne dure généralement pas plus de quelques minutes, après quoi vous pouvez ressentir une sensation de froid et d’humidité corporelle liée au changement de température soudainement perçu par le corps. Les bouffées de chaleur nocturnes sont en outre particulièrement gênantes : elles affectent non seulement la transpiration, mais aussi le cycle du sommeil, entraînant d’éventuels déséquilibres dans l’activité de repos et l’insomnie.

Les bouffées de chaleur de la ménopause : causes et symptômes

Les causes des bouffées de chaleur de la ménopause sont étroitement liées aux changements naturels du cycle hormonal. Tout provient de facteurs qui influencent l’hypothalamus, cette zone du cerveau qui régule le mécanisme complexe de la température corporelle. Parmi celles-ci, il y a la fréquente altération du niveau d’œstrogènes qui atteint son plus haut degré dans la période autour du dernier cycle menstruel. Cependant, même s’il s’agit d’un trouble très fréquent et commun, les caldanes n’ont pas un parcours régulier pour toutes les femmes : si pour certaines elles peuvent devenir un compagnon de vie désagréable pendant plusieurs années, d’autres n’en auront aucune manifestation, réussissant à échapper au danger. L’intensité et la fréquence sont donc très variables d’un cas à l’autre et sans cadence fixe et sûre. Cela est également dû aux différents modes de vie : un style régulier est recommandé, ce qui permet de prendre les bonnes précautions. En ce sens, l’utilisation de stimulants naturels, tels que le thé et le café ou les aliments épicés, n’est pas recommandée car ils ont tendance à ne pas permettre la bonne relaxation du corps. En outre, une alimentation saine est recommandée, notamment la présence de vitamine E, et il faut éviter de fumer ce qui, entre autres, aggrave l’effet des vagues et de faire de l’inactivité physique, car l’obésité est un facteur qui augmente les chances d’avoir à faire face à des bouffées de chaleur pendant la ménopause. L’un des symptômes les plus évidents d’une bouffée de chaleur est l’augmentation de la température du corps, qui peut passer en quelques minutes de la température classique de 28 à 30 à environ 34 à 35 degrés centigrades. Il est clair que la sensation est particulièrement remarquable pour ceux qui l’essaient, même si elle est subjective d’un cas à l’autre. Ceux qui se sentent plus chauds pour leur corps souffrent souvent, en corrélation, de troubles tels que l’anxiété et la dépression, ainsi que de problèmes momentanés de perte de mémoire et de manque d’attention. Pour lutter contre la sensation de chaleur extrême, il peut être particulièrement utile de mettre en œuvre certaines mesures élémentaires, comme le port de vêtements légers qui peuvent faire respirer le corps : ce sont des mesures particulièrement importantes, notamment dans le lit de repos, pour éviter les réveils tumultueux dus aux bouffées de chaleur gênantes et malheureusement souvent plus fréquentes de la nuit.

Quelles sont les autres causes des bouffées de chaleur ?

Souvent, il y a d’autres raisons aux bouffées de chaleur. L’une d’entre elles, absolument redoutable, est une réaction secondaire à un médicament. Les bouffées de chaleur peuvent également être le symptôme d’une infection grave dans l’organisme, il est donc nécessaire de prendre les précautions nécessaires et de ne pas négliger la question. D’autres situations qui peuvent être diagnostiquées sont liées au contrôle de la température corporelle : dans de telles circonstances, les causes des bouffées de chaleur pourraient s’expliquer par des problèmes d’hypophyse, d’hypothalamus et même de thyroïde. Les chaldéens peuvent également apparaître chez les hommes pour des causes similaires à celles présentes dans l’univers féminin ; l’andropause est en effet une raison possible des bouffées de chaleur masculines, avec la baisse du taux de testostérone qui peut également être due à des infections ainsi qu’à des effets secondaires de médicaments ou de thérapies anti-androgènes, liés à des tumeurs dans la zone de reproduction.

Que faire pour éviter les bouffées de chaleur ?

On se rends compte qu’il n’est pas facile de gérer cette situation, d’autant plus que des bouffées de chaleur peuvent se produire à tout moment sans avertissement. Chaque jour, un vêtement plus confortable, en préférant des tissus respirant, comme le coton, capables d’augmenter le confort et de diminuer la sensation gênante de transpiration excessive, typique des bouffées de chaleur. De plus, il est important de s’hydrater correctement, de boire au moins 1 litre et demi d’eau par jour, peut-être même en aidant avec des tisanes. Un dernier conseil est d’éviter, surtout pendant les mois d’été, de s’exposer à des températures élevées, dans des environnements particulièrement humides.

Existe-t-il des remèdes naturels pour calmer les bouffées de chaleur ?

Il existe sur le marché des compléments naturels, phytothérapeutiques et homéopathiques, qui exploitent l’action de certaines herbes pour améliorer la condition. Parmi les remèdes naturels :

– L’huile essentielle de sauge sclarée en cas de sueurs de la ménopause

La sauge est reconnue pour son effet œstrogénique qui compense la baisse hormonale, et pour son action antitranspirante. L’huile essentielle de sauge sclarée est intéressante si des sueurs importantes accompagnent les bouffées de chaleur.

– L’homéopathie contre les bouffées de chaleur

Sans aucune contre-indication, l’homéopathie est utile lorsqu’on ne peut prendre aucun traitement hormonal ni phyto-œstrogènes. Souvent, les bouffées de chaleur ne sont liées qu’à la ménopause et pas à un terrain particulier. Il est donc assez simple d’utiliser les grands médicaments qui correspondent à ce symptôme.Sans amélioration, consulter un médecin homéopathe pour une prescription plus personnalisée.

– L’activité physique pour gérer les fluctuations hormonales

En général, les femmes qui restent le plus actives à la ménopause sont celles qui souffrent le moins de ses effets, notamment des bouffées de chaleur. Le sport aide en effet à réguler les fluctuations hormonales, très importantes à la ménopause. Il permet aussi de réduire le stress et le surpoids, qui ont tendance à aggraver les bouffées de chaleur. Une étude américaine a montré que les femmes avaient moins de bouffées de chaleur dans les 24 heures suivant une séance de 30 minutes d’activité cardio modérée. On pratique donc 2 à 3 fois par semaine des activités qui essouffle un peu : marche rapide, vélo, cours de fitness ou de danse, aquagym.

L’évolution des métiers de l’assurance
Assurance mobile et multimédia : l’importance d’un comparatif