Les symptômes de la narcolepsie

Les symptômes de narcolepsie se distinguent généralement par quatre symptômes principaux différents. Ces quatre principaux symptômes de narcolepsie sont également appelés complexe de symptômes ou tétrade narcoleptique. Ces quatre symptômes de la maladie du sommeil sont la compulsion de sommeil, les cataplexes, un rythme de sommeil anormal et la paralysie du sommeil.

Compulsion de sommeil

La maladie du sommeil ne se manifeste souvent au départ que par une somnolence accrue tout au long de la journée. En outre, les crises de sommeil impératives peuvent se produire. La fatigue augmente et le manque de concentration se produit si le patient narcoleptique s’oblige à rester éveillé. En général, les crises de sommeil ou la fatigue irrésistible surviennent dans des situations où même des personnes en bonne santé s’endorment, par exemple en tant que passager, au crépuscule, en lisant et en regardant la télévision, lors de conférences ou pendant un travail monotone. En outre, les narcoleptiques s’endorment aussi soudainement et involontairement lorsque d’autres personnes sont bien éveillées, par exemple en raison de l’excitation – par exemple, alors qu’ils donnent eux-mêmes une conférence.

La cataplexie

Outre la somnolence diurne, certains narcoleptiques souffrent plus ou moins fréquemment de pertes soudaines et brèves du contrôle des muscles, appelées cataplexies. Dans les cataplexies légères, seuls les muscles faciaux peuvent se relâcher, tandis que les crises graves provoquent l’effondrement de tout le corps, ce qui a généralement un effet dramatique sur les personnes extérieures. Les cataplexies peuvent être déclenchées, par exemple, par des sentiments forts comme le rire, la peur, la colère ou la surprise. Par exemple, les genoux d’une personne peuvent se ramollir lorsque quelqu’un lui raconte une bonne blague. Le patient narcoleptique est pleinement conscient lors d’une cataplexie, mais peut ne pas être capable d’ouvrir les paupières. Ses sens fonctionnent tout à fait normalement et, contrairement aux épileptiques, les personnes atteintes de narcolepsie ont toujours le contrôle de leurs fonctions excrétrices. Une cataplexie peut durer jusqu’à une demi-heure et peut être prolongée par la connexion avec des états émotionnels, par exemple lorsque la personne est en colère de ne pas pouvoir mettre fin à la cataplexie. Les souvenirs d’émotions peuvent également déclencher des cataplexes. Elle est considérée comme un symptôme certain de la narcolepsie, ce qui facilite grandement le diagnostic et exclut d’autres troubles du sommeil.

Rythme de sommeil anormal

Le rythme de sommeil anormal peut alterner approximativement dans un cycle de quatre heures de sommeil et d’éveil. Ce rythme se poursuit également la nuit, c’est pourquoi les narcoleptiques souffrent de périodes d’éveil nocturne parfois prolongées. Bien que les personnes en bonne santé se réveillent également la nuit, elles s’endorment généralement immédiatement. Si les phases de veille nocturne d’un narcoleptique sont courtes, son sommeil est encore très peu profond. Toute influence extérieure, telle que la lumière, le bruit ou le mouvement provoque le réveil du patient narcoleptique. En outre, les phases de rêve sont perturbées ; les personnes concernées se souviennent plus souvent de leurs rêves en raison du sommeil léger et ont tendance à faire plus de cauchemars.

Paralysie du sommeil

Tout comme la catalepsie, la paralysie du sommeil est un état dans lequel la personne affectée perd le contrôle de ses muscles. La paralysie du sommeil se produit dans les phases de transition entre l’endormissement et le réveil. Certains décrivent la paralysie du sommeil comme un état entre l’éveil et le rêve. Contrairement à la cataplexie, la paralysie du sommeil n’est pas liée aux émotions. Une autre différence est que les personnes extérieures peuvent libérer la personne immobilisée de sa rigidité par le toucher. La paralysie du sommeil n’est pas perçue par tous les patients comme un négatif uniforme. Certains narcoleptiques décrivent l’état comme agréable ou peuvent mieux gérer les problèmes non résolus pendant la paralysie du sommeil. La paralysie du sommeil devient particulièrement désagréable si elle se produit dans une position inconfortable. Cependant, il peut être extrêmement stressant si des hallucinations liées au sommeil se produisent en même temps. Ces symptômes sont souvent perçus comme les plus stressants psychologiquement de la narcolepsie, car la personne affectée présente des phénomènes qui lui semblent tout à fait réels. Même après s’être levés, les narcoleptiques peuvent rester convaincus qu’un cambrioleur était à leur chevet ou qu’ils ont été violés.

L’évolution des métiers de l’assurance
Assurance mobile et multimédia : l’importance d’un comparatif