Les problèmes d’humidité dans une maison dus aux inondations et aux crues

Les récentes pluies torrentielles et la fameuse cyclogenèse explosive font de ce sujet un sujet très actuel. En outre, il y a des rivières qui débordent et dévastent des municipalités entières sur leur passage. Il est clair que face à une catastrophe de cette nature, dans laquelle des villes entières sont inondées et où le débit des rivières entraîne les voitures et les arbres, aucun traitement anti-humidité ne peut garantir des résultats d’étanchéité. Heureusement pour nous tous, ces catastrophes naturelles se produisent de manière très sporadique et il n’y a pas de place pour d’autres mesures que l’évacuation des zones à risque et l’attente du retour de l’eau à son cours. Le vrai problème vient plus tard, car une inondation possède une période d’inertie dans laquelle ses effets se manifesteront.

Quelles sont les conséquences après un épisode d’inondation ?

En cas d’inondation, les risques critiques d’une maison se concentrent sur sa structure en général, et sur ses fondations en particulier. La fondation est la partie de la maison qui doit supporter le poids de la structure et la maintenir stable contre tout phénomène extérieur. Si ces fondations ont été en contact permanent avec l’eau pendant plusieurs jours, voire plusieurs semaines, il est très probable que leur capacité à soutenir la structure a été altéré. Même s’il n’y a pas de problème apparent, une analyse par un technicien qualifié est essentielle pour vérifier que la maison répond toujours aux exigences minimales.

Et quel est le diagnostic le plus courant après un épisode d’inondation ?

Dans le cas le plus favorable après une inondation, les fondations n’auront pas été en contact avec l’eau et la structure ne sera pas touchée. Mais cela ne signifie pas que nous sommes à l’abri des conséquences. Lorsque l’inondation prend fin et que le débit d’eau diminue, c’est parce que cette eau est absorbée par la terre. Nous serons alors confrontés à un terrain saturé en eau, incapable de rediriger cette eau à l’intérieur car il n’y a pas de sillons et de petits chemins déjà créés pour cela. C’est pourquoi le risque d’humidité par capillarité augmente considérablement.

Face à un terrain saturé en eau, il est essentiel que notre maison ait une isolation parfaite dans ses fondations, sinon les murs et les cloisons du rez-de-chaussée auront tendance à absorber l’eau vers le haut, générant de l’humidité par capillarité.

La meilleure isolation : le fameux plancher sanitaire

Elle consiste notamment à construire la maison sur un premier étage séparé de quelques centimètres du sol. Grâce à cette séparation, nous parvenons à éviter le contact direct avec le sol et, par conséquent, à réduire les possibilités de remontée d’eau par capillarité. En outre, en assurant une ventilation adéquate de cet espace, nous parvenons également à créer une chambre à air qui nous aide à isoler thermiquement la maison.

Cependant, si la maison ne dispose pas d’un plancher sanitaire et est construite directement sur une dalle en contact avec le sol, nous courons un risque sérieux de remontée d’humidité. Même si les inondations se sont atténuées, l’excès d’eau qui a été généré continue de couler à travers la terre, sous nos maisons, et cette terre n’a pas la capacité de libérer autant d’eau. Dans ces conditions, les murs et les cloisons dont les conditions de porosité favorisent la remontée de l’humidité commenceront à absorber l’excès d’eau et nous serons certainement confrontés à un problème de remontée d’humidité. La mesure la plus judicieuse après une inondation est alors de demander à un technicien d’évaluer l’état de notre maison.