Le risque de maladie pulmonaire par la prise de médicaments

De nombreuses personnes souffrent de problèmes cardiaques, d’arthrite ou même de cancer et doivent prendre des médicaments appropriés. Ces médicaments sont destinés à un traitement spécifique, mais comme tous produits pharmaceutiques, ils s’accompagnent d’effets secondaires qui peuvent surgir que sur une longue période de temps suivant la prise du médicament. Ce sont précisément ces médicaments qui peuvent entraîner de graves lésions pulmonaires, et peuvent alors mener à des troubles de santé plus graves que l’état de base du patient.

Les médicaments peuvent provoquer des maladies pulmonaires

Les maladies pulmonaires se propagent de plus en plus à notre époque et le tabagisme est souvent l’une des raisons de cette situation. Mais de plus en plus souvent, les non-fumeurs tombent également malades, mais les causes sont pour la plupart inconnues.

Dans le cadre d’une étude systématique (un document de synthèse), des chercheurs de plusieurs universités, en collaboration avec deux instituts de recherche, ont examiné un total de 27 médicaments et leurs effets sur la santé pulmonaire.

Il a notamment été démontré que de nombreux médicaments couramment prescrits pour les problèmes cardiaques et articulaires ou le cancer peuvent endommager les poumons à un point tel que des maladies pulmonaires interstitielles induites par les médicaments (DIILD) se développent.

Les médicaments qui endommagent les poumons sont souvent prescrits

La maladie pulmonaire interstitielle décrit un groupe de maladies pulmonaires différentes, dans lesquelles les bronches ne sont pas touchées comme dans la BPCO (maladie pulmonaire obstructive chronique), mais les alvéoles. Une modification inflammatoire du tissu pulmonaire se produit alors et la fibrose pulmonaire en fait également partie. On souffre de symptômes assez peu spécifiques qui apparaissent dans toutes les maladies pulmonaires : en particulier la toux chronique et l’essoufflement.

Les médecins chercheurs spécialistes des poumons ont par ailleurs décris que les médicaments rendaient plus de gens malades des poumons qu’on ne le pensait auparavant. Cela signifie qu’il s’agit d’un effet secondaire qui se produit plus souvent que prévu. En effet, les médicaments en question sont prescrits très fréquemment, par exemple pour les problèmes cardiaques ou l’arthrite et donc pour des maladies très répandues. Les médecins doivent alors être conscients des effets nocifs possibles de nombreux médicaments sur les poumons.

Des médicaments présentant des effets secondaires graves

Dans une étude, les chercheurs ont analysé les données de 6 200 patients provenant de 156 articles scientifiques pour voir comment les médicaments peuvent affecter la santé des poumons. Ce qui est particulièrement tragique, c’est que les maladies pulmonaires mentionnées ci-dessus se développent souvent insidieusement pendant de nombreuses années pendant la prise de médicaments, sans que l’on pense immédiatement à un problème de santé grave. Cela signifie également que les effets secondaires ne se manifestent souvent que des années après l’approbation du médicament.

Toutefois, les médicaments qui pourraient contribuer au développement de maladies pulmonaires chroniques restent encore sur le marché car le risque de développer un état aggravé d’une maladie est aussi accrue en l’absence de traitement.

Des millions de personnes touchées dans le monde

Dans le monde, entre 4,1 et 12,4 millions de diagnostics DIILD sont effectués chaque année. Le taux de mortalité est élevé, à plus de 50 % et les patients atteints de DIILD reçoivent souvent des stéroïdes (cortisone), bien que l’adéquation de leur utilisation pour ces maladies soit controversée.

Il faut souligner que la question des effets secondaires n’est pas encore bien étudiée dans ce domaine d’après les experts. Mais les effets secondaires des médicaments mentionnés sont plus répandus sur les poumons que prévu. Étant donné le grand nombre de personnes touchées par ces effets secondaires, nous devons veiller à ce que les dommages causés aux poumons par la prise de ces médicaments soient détectés le plus rapidement possible.

Rester vigilant et prévenir les effets secondaires

Les médecins doivent donc surveiller de près l’état de santé de leurs patients lorsqu’ils prennent des médicaments critiques voire tous les médicaments, et doivent toujours tenir compte des éventuels effets secondaires.

Si vous devez prendre vous-même l’un de ces médicaments, ou des médicaments en général, restez sceptique, signalez immédiatement à votre médecin les effets secondaires, même s’ils semblent mineurs au premier abord. Discutez ensuite avec votre médecin pour savoir s’il existe des alternatives plus tolérables. En cas de maladie grave, demandez toujours un deuxième avis, voire un troisième avis à un thérapeute holistique et réfléchissez à des mesures holistiques qui peuvent atténuer vos symptômes et que vous pouvez souvent mettre en œuvre chez vous sans problème.

L’évolution des métiers de l’assurance
Assurance mobile et multimédia : l’importance d’un comparatif